Les Petites Sœurs Des Pauvres

"Ma Maison" 
au Faubourg Blanchot
BP 140  -  98845 NOUMÉA Cedex
Tél. (687) 27 30 14  Fax. (687) 26 42 04
E-mail : psdpnoumea@canl.nc


A la fin de la re-construction en 2003


Juin 2004 le jardin a remplacé le chantier

Sommaire:
- Une fondatrice redécouverte: Jeanne Jugan, Sœur Marie de la Croix.
- La Congrégation des Petites Sœurs des Pauvres: une spiritualité, un charisme
- Une œuvre d'envergure internationale
- Des laïcs associés à cette œuvre
- Engagement de deux laïcs associés le 1er mai 2009 à Nouméa, renouvellement le 1er mai 2011 à Nouméa
- Profession perpétuelle de Sœur Ginette de Jésus le 9 août 2009
- La Kermesse de l'année 2009
- La communauté de Nouméa représentée à Rome le 11 octobre 2009 par Sr Clément
- Notes de Voyages de Sr Clément, voyage à Rome
- Programme des festivités à Nouméa en l'honneur de Jeanne Jugan
- Première célébration de Sainte Jugan en 2010 à "Ma Maison" de Nouméa
- Kermesse de l'année 2011,
- Kermesse de l'année 2012, résultats de la grande tombola et de la petite tombola
- Résultats de la grande tombola 2013
- Résultats de la grande Tombola 2014
- Résultats de la grande Tombola 2015
- Résultats de la grande Tombola 2016


- Retour au sommaire principal du diocèse de Nouméa.

Sainte Jeanne Jugan
 


Sœur Marie de la Croix


Bienheureuse Jeanne Jugan
Déjà béatifiée par le Pape Jean Paul II
le 3 octobre 1982,
Jeanne Jugan a été canonisée
le dimanche 11 octobre 2009
par le Pape Benoît XVI à Rome.
Sr Clément représentait pour l'occasion la communauté de Nouméa
En accord avec CTV et KTO la Télévision de Nouméa (Tempo) a retransmis en direct de 19h00 à 21h compte tenu du décalage horaire.
Programme à Nouméa
A Nouméa, l'événement sera marqué
le samedi 24 octobre 2009 à 10h00
 par une messe d'action de grâce
en l'honneur de Sainte Jeanne Jugan
dans la Cathédrale St Joseph

Désormais pour l'Eglise entière
Sainte Jeanne Jugan

Née à Cancale, en Ille-et-Vilaine (France), au hameau des Petites Croix, le 25 octobre 1792, Jeanne Jugan est baptisée le jour même à l'église Saint-Méen en pleine tourmente révolutionnaire. Son père, marin comme la plupart des hommes de son pays, est à la grande pêche à Terre-Neuve. Quatre ans plus tard, il disparaît en mer. Sa mère reste seule pour élever les 4 enfants (4 sont décédés en bas âge). Pour aider la famille, Jeanne à l’âge de 16 ans part comme aide-cuisinière dans un manoir proche de Cancale.
    Elle y reste jusqu'à l'âge de 25 ans, puis quitte la maison familiale pour Saint-Servan où elle travaille comme aide infirmière à l'hôpital du Rosais. A la demande en mariage d'un jeune marin, elle avait répondu :"Dieu me veut pour lui, il me garde pour une œuvre qui n'est pas encore fondée".
    Jeanne Jugan ne veut que servir Dieu et les autres, les pauvres, surtout les plus faibles, les plus démunis, fidèle à l'idéal de configuration à Jésus par Marie qu'enseigne saint Jean Eudes aux membres du Tiers-Ordre de la Mère Admirable, association qu'elle rejoint vers l'âge de 25 ans.
    Un soir d'hiver de 1839, elle ouvre son logis et son cœur à une vieille femme aveugle, à demi paralysée, réduite brusquement à la solitude. Jeanne lui donne son lit… Ce geste l'engage à tout jamais. Une seconde vieille femme suivra, puis une troisième… En 1843, elles seront quarante avec, autour de Jeanne, trois jeunes compagnes. Ces dernières l'ont choisie comme supérieure de leur petite association qui s'achemine vers une vraie vie religieuse.
    Mais bientôt Jeanne Jugan sera destituée de cette charge, réduite à la simple activité de quêteuse, rude tâche dont elle est l'initiatrice, encouragée dans cette démarche de charité et de partage par les Frères de Saint Jean-de-Dieu. A l'injustice, Jeanne ne répond que par le silence, la douceur, l'abandon. Sa foi et son amour découvrent dans cette mesure le chemin de Dieu pour elle et pour sa famille religieuse.
    Au fil des années, l'ombre s'étend de plus en plus sur Jeanne Jugan. Les débuts de son œuvre sont falsifiés. Elle vit 27 ans de mise à l'écart (1852 à 1879), quatre à la maison de Rennes, et les vingt-trois dernières années de sa longue vie à La Tour St Joseph, maison mère de la Congrégation des Petites Sœurs des Pauvres depuis 1856.
    À sa mort, le 29 août 1879, elle a 86 ans, peu de Petites Sœurs savent qu'elle est la fondatrice mais son influence près des jeunes postulantes et novices, dont elle a partagé la vie ces vingt-sept années durant, aura été décisive. En ce contact prolongé, le charisme initial a passé, l'esprit des origines s'est transmis.
    Et peu à peu, la lumière va se faire… Dès 1902, la vérité commence à se dévoiler : Jeanne Jugan, Sœur Marie de la Croix, morte dans l'oubli un quart de siècle auparavant, n'est pas la troisième Petite Sœur, comme on l'a laissé croire, mais la première, la Fondatrice !

(Sommaire)

La Congrégation des Petites Sœurs des Pauvres :
Une spiritualité, un charisme

  

+Spiritualité
 
« Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits. Oui, Père, car tel a été ton bon plaisir. »
  À l’avidité de progrès et de liberté de ses contemporains, Jeanne Jugan apporte le témoignage transparent de la révélation des mystères de Dieu aux « petits ».
  Toujours Jeanne Jugan vit sa foi avec la simplicité des « petits ». Elle avance résolument, portant sur les événements et les personnes le regard d’une foi vivante, génératrice d’espérance et ouvrière de charité.
  Vingt ans d’appartenance au Tiers-Ordre de la Mère Admirable avait déjà simplifié son âme, par la contemplation du mystère de Jésus et de Marie. Ainsi la spiritualité de saint Jean Eudes l’avait-elle préparée à pénétrer la richesse surnaturelle de l’hospitalité pour accomplir sa propre mission hospitalière avec simplicité, humilité, union à Dieu dans la prière et la charité.
  La divine Providence donne un très puissant appui à l’œuvre de Jeanne Jugan dans la tradition de charité de l’Ordre Hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu. Sans empêcher le développement de son œuvre, selon son charisme et son caractère spécifique, il lui communique son grand souffle de charité hospitalière. À cet Ordre, Jeanne Jugan doit aussi le « vœu d’hospitalité », par lequel le service des Vieillards pauvres est élevé à la dignité d’un acte de la vertu de religion.
  Ces deux grands courants spirituels venus – par un dessein de Dieu – se rejoindre en l’âme de Jeanne Jugan, y créent une capacité d’ouverture universelle. L’expansion très rapide de son œuvre lui montre que Dieu la destine à une vocation de charité qui ne pourra se réaliser que par un attachement indéfectible à l’Église. Sa tâche terrestre s’achève quand elle voit sa petite barque solidement amarrée à celle de l’Église.

 

+Charisme
 
L'esprit de la Congrégation est l'esprit évangélique exprimé par Jésus dans les béatitudes. Jeanne Jugan, fidèle à l'inspiration de l'Esprit Saint, a fait resplendir en sa vie la douceur et l'humilité de cœur, qui lui ont permis de se livrer, dans la simplicité, à la joie de l'hospitalité.
  C'est ce qu'exprime le nom "Petite Sœur des Pauvres".
  Pour Jeanne Jugan, le Pauvre définit sa vocation. Dieu l'a attendue dans « le Pauvre »; elle l'a rencontré dans "le Pauvre".
  Être Petite Sœur « des Pauvres » rappelle aux Petites Sœurs ceux à qui elles se sont vouées, leur désir d’aller toujours vers les plus pauvres, de créer un courant de collaboration apostolique et de charité fraternelle, pour secourir le Christ dans les pauvres. Personnellement, c’est une invitation à communier à la béatitude de la pauvreté spirituelle, les acheminant vers le dépouillement total qui livre une âme à Dieu.

La grâce de l’hospitalité envers les Vieillards pauvres, charisme de Fondatrice de Jeanne Jugan, est accueillie par elle avec simplicité d’âme. Suivant son charisme propre, elle trouva dans le vœu d'hospitalité un moyen privilégié de signifier le don de nous-mêmes à notre apostolat de charité. L'hospitalité consacrée est un témoignage au milieu du monde de la miséricorde du Père et de l'amour compatissant du Cœur de Jésus.
                                                                                                                    (Extraits des Constitutions des Petites Sœurs des Pauvres)

 Aujourd'hui, les Petites Sœurs des Pauvres poursuivent et actualisent la démarche initiale de Jeanne Jugan : 

      Elles accueillent, réconfortent, soignent et accompagnent jusqu'au terme de leur existence les aînés placés par Dieu sur leur route : ceci dans le plus grand respect de leur vie, de leurs relations familiales, de leurs convictions, en collaboration avec un personnel salarié, les Membres de l'Association Jeanne Jugan, des bénévoles. 

         Elles le font en réponse à l'appel du Christ qui les consacre dans son amour par les vœux de chasteté, pauvreté, obéissance et hospitalité pour le service joyeux des Personnes Âgées, au sein de communautés fraternelles internationales. 

         L'esprit des béatitudes fonde et nourrit l'engagement des Petites Sœurs. Elles tendent à le vivre dans l'humilité, la simplicité, une confiance inconditionnée en la bonté de Dieu, qui se traduit, comme aux origines, par la fidélité à la quête, Dieu ayant confié chacun à l'amour de tous. 

         Missionnaire, la Congrégation voit dans l'élargissement de son apostolat jusqu'aux extrémités de la terre, une grâce de renouvellement et une source de vitalité.

(Sommaire)

Les Petites Sœurs des Pauvres dans le monde

     La Congrégation des Petites Sœurs des Pauvres compte aujourd'hui :

o              2.710 Petites Sœurs, dont 60 novices

o              202 maisons accueillant 13.232 résidents

o              2.065 Membres de l'Association Jeanne Jugan (Laïcs associés).

    Présence sur les cinq continents :

o              Afrique Algérie - Bénin - Congo Brazzaville - Kenya - Nigéria

o              Amérique du Nord       USA – Canada

Amérique du Sud         Argentine - Chili - Colombie - Pérou

o              Asie                 Corée - Hong Kong - Inde - Malaisie - Philippines -

Sri Lanka – Taiwan - Turquie

o              Europe             Angleterre - Belgique - Écosse - Espagne - France - Irlande   Italie - Malte - Portugal

o              Océanie           Australie – Nouvelle-Calédonie – Nouvelle-Zélande -

Samoa Occidentales

 

  Fondations au cours des vingt dernières années :

 

Tibú (Colombie) 1989

Kwangju (Corée) 2000

Suwon (Corée) 1990

Cartago (Colombie) 2003

Chonju (Corée) 1997

Jabalpur (Inde) 2004

Séoul (Corée) 1997

Manille (Philippines) 2004

Cotonou (Bénin) 1999

Tacna (Pérou) 2006

Osorno (Chili) 1999

Bolinao (Philippines) 2007

(Sommaire)

Association Jeanne Jugan (LAÏCS ASSOCIÉS)

            Le partage du charisme des Instituts religieux avec les laïcs ouvre aujourd'hui "un nouveau chapitre, riche d'espérance, dans l'histoire des relations entre les personnes consacrées et le laïcat", écrivait le pape Jean-Paul II en 1996.
            Approuvée par l'Église le 5 septembre 1998, l'Association Jeanne Jugan s'inscrit bien dans cette ligne de nouveauté et d'espérance.
            Si la collaboration entre Petites Sœurs et laïcs existe depuis les origines de la Congrégation, sa concrétisation sous cette forme marque un pas nouveau dans leurs relations.
            L'Association offre aux laïcs, hommes et femmes, l'opportunité de partager les richesses spirituelles, héritage de Jeanne Jugan, de participer à leur mission apostolique d'hospitalité envers les personnes âgées pauvres, et de contribuer au rayonnement de leur fondatrice dans les milieux où ils vivent et travaillent.
            Jeanne Jugan envisageait l'hospitalité comme un humble service fraternel unissant dans une même famille Petites Sœurs, personnes âgées et collaborateurs laïcs désireux de servir Jésus Christ dans la personne de leurs frères et sœurs âgés.

L'Association est une réponse contemporaine à cette vision prophétique de Jeanne Jugan. 

     Esprit
            Les membres de l'Association partagent l'esprit de Jeanne Jugan, qui est celui des béatitudes : esprit de douceur et d'humilité, dans le service joyeux et désintéressé des aînés, dans lesquels ils reconnaissent la personne du Christ.
            Animés par cet esprit, ils veulent contribuer à les accueillir, les rendre heureux, comme dans une grande famille, les accompagner spirituellement dans le respect de leurs croyances et les entourer jusqu'au terme de leur vie.

Chaque Associé est donc appelé à développer en lui les attitudes spirituelles vécues par Jeanne Jugan :
           Foi vive et confiance en la Providence.

           Amour personnel du Christ, reconnu dans les personnes âgées.

           Oubli de soi, joie et esprit de louange.


 

     Mission
            Les membres de l'Association Jeanne Jugan participent à la mission apostolique confiée par l'Église aux Petites Sœurs : celle de l'hospitalité envers les personnes âgées pauvres. Chacun offre le type d'engagement et de collaboration auquel il/elle se sent appelé, selon ses possibilités et ses obligations familiales et/ou professionnelles.

 

     Engagement
            L'Association Jeanne Jugan est ouverte aux catholiques, hommes et femmes, ayant au moins 18 ans, désireux de donner une plus grande vitalité à leur foi chrétienne et de collaborer à la mission apostolique des Petites Sœurs des Pauvres.

            Après une période initiale - comportant un temps de formation - l'engagement dans l'Association est scellé par une promesse annuelle.

.

Fête de Saint Joseph, Patron des travailleurs, le 1er mai 2009

Le Vendredi 1er  mai 2009, au cours de la messe en honneur de St. Joseph, patron des travailleurs et cher protecteur de « Ma Maison », les membres de l’Association Jeanne Jugan ont renouvelé leur engagement à servir les Personnes Âgées selon le charisme propre à la fondatrice de Petites Sœurs des Pauvres.

Cette année, nous avons eu la joie d’accueillir deux nouveaux engagements, ce qui amène à cinq le nombre des membres de l’Association à Nouméa.


Les anciens montrent le chemin aux nouveaux

Une démarche mûrement réfléchie

Un moment d'émotion bien compréhensible

Le Père Michel Pothin veille au rituel

Tous heureux  de servir dans l'esprit de Jeanne Jugan

Une occasion supplémentaire de rendre gloire au Seigneur !


 

 

Fête de Sainte Jeanne Jugan, le 30 août 2010 à "Ma Maison" de Nouméa
 

En communion de loin...
L'archevêque de Nouméa, Mgr Michel Kohu, le P. Glantenet
et d'autres participent à l'événement

Le Père Michel Pothin veillent autour de l'autel

Les petites sœurs et le personnel prépare le repas de fête

La fête réjouit les cœurs de tous les participants

Le groupe des supérieurs religieux autour de la Mère supérieure

 

Le 1er mai 2011, en la fête de Saint Joseph, Patron des travailleurs
 

Plusieurs membres de l'Association Jeanne Jugan renouvellent leur engagement à servir auprès des Petites Sœurs.
Sœur Charles, leur formatrice, les accompagne dans leur démarche.
 

 

(Sommaire)

Petites Sœurs des Pauvres

La Tour Saint-Joseph – 35190 Saint Pern (France)

Tél : 33 (0)2 99 45 14 14          E-mail : jj.psdp@orange.fr          Site : http://rennes.cef.fr/jeannejugan

 Merci de la visite.

(Sommaire du diocèse)

Le 11 octobre 2009, les Petites Sœurs des Pauvres en Calédonie,
ont été représentées à Rome, à l’occasion de la canonisation de Jeanne JUGAN,
par Sœur Clément, qui, avant de se mettre en route nous disait :  

« Cet hommage est immense ! Comment exprimer mon ressenti en quelques mots. C’est impossible!

Je ne peux que citer la devise de notre Sainte Mère Jeanne Jugan : ‘Humble pour aimer’

  Humble pour aimer : voilà la façon de Jeanne Jugan de suivre le Christ en le servant parmi les pauvres, avec les pauvres et pour les pauvres. Elle a voué sa vie à Dieu et, en même temps, elle a été une femme de tête, intelligente et efficace, audacieuse et lucide.
  A son époque, il n’y avait pas de pensions, pas de maisons de retraite pour les personnes âgées sans ressources. C’était le vide.
  Sa foi en Dieu lui dicta de le combler, de loger et nourrir les personnes âgées pauvres et de leur apporter respect, consolation et amour.  
 
C’était elle-même qui faisait la quête de maison en maison. Elle  parcourait les routes, pour recueillir les dons indispensables pour le bien-être de ses protégés.

  De nos jours, son message d’amour pour Dieu et  son prochain reste vivant dans le cœur de ses filles.

  Pas besoin d’ordinateur, ni d’e-mail !
 

  Très rapidement, plus d’une centaine de Petites Sœurs, onze maisons,  mille cent personnes âgées secourues. Cette performance fut reconnue.
  Il y avait un éventement que je voudrais de mentionner : Le 11 décembre 1845, l’Académie Française décerna à Jeanne le Prix Montyon, en faisant un vibrant éloge de sa personnalité et de son œuvre. La presse de l’époque se fit aussitôt l’écho de cet hommage et dans les années suivantes, de longs articles furent publiés sur l’œuvre de Jeanne.


  Aujourd’hui, les Petites Sœurs des Pauvres, nous sommes devenues une Congrégation internationale, présente sur les cinq continents, parce que Jeanne a aimé Dieu et son prochain de tout son cœur. Elle est restée fidèle à sa foi.

  Je souhaite que la presse d’aujourd’hui sache honorer Jeanne Jugan, non seulement à l’occasion de sa canonisation, mais aussi dans les années à venir ».